Ma stratégie, désormais, c’est le No limit

Salut à toi !

Ah ! La Stratégie… Dès qu’on plonge dans le monde entrepreneurial, on n’a que ce mot à la bouche, à l’oreille, sous les yeux. La stratégie.
La sacro-sainte stratégie.

Je ne dénigre pas le fait de savoir pourquoi on fait les choses, où l’on va, à qui on s’adresse.
Je milite pour mettre nos intentions au coeur de nos décisions et actions professionnelles.

Le problème, c’est quand, au nom de la-sacro-sainte-stratégie, nous nous mettons une pression de fou, quand nous n’osons pas publier parce que nous ne sommes pas sûr.e.s que notre texte soit bien “dans les clous”, quand nous nous limitons parce que “ça ne rentre pas dans la ligne éditoriale” ou que “c’est trop différent”.

En cette période de confinement, beaucoup de certitudes volent en éclats. Nos stratégies minutieusement structurées deviennent obsolètes… pour un temps, du moins.

Professionnellement, pour beaucoup, il nous faut nous réinventer. Repenser nos décisions. Repenser notre communication. Repenser nos actions.

Il m’a fallu un peu plus d’une semaine pour me décider à reprendre le chemin du clavier. Avec une volonté farouche de ne plus me limiter. S’il y a une chose que j’ai comprise ces derniers jours, c’est qu’on aura beau anticiper, structurer, … la vie se chargera toujours de nous challenger. Alors, pourquoi se prendre la tête ? Pourquoi s’empêcher de publier tel ou tel contenu, parce qu’il n’est pas dans le ton de tel réseau social ? (oui, je pense à LinkedIn, parce que c’est vraiment le réseau social qui intimide le plus de personnes)

Personnellement, il y a un sujet qui me passionne depuis un an et que je n’ai jamais abordé dans mes publications, par peur des jugements, parce que je ne me sentais pas légitime, parce qu’il n’est pas dans ma ligne éditoriale…

Bref, un sujet que je n’ai jamais abordé parce que je me suis auto-censurée. Et je trouve ça dommage.
Pourquoi me priver de sujets de discussion qui me font vibrer ? Qu’est-ce que je risque à parler de ces sujets-là ?

Rien.

Alors, désormais, ma stratégie sera simple : je n’aurai aucune limite. Je me laisse la liberté d’écrire et de publier sur tous les sujets qui me passent par la tête… tout simplement parce que le fil conducteur, c’est moi.

Et tout simplement, parce que mon identité professionnelle, telle qu’elle existe aujourd’hui, c’est moi.

Alors… que je parle d’écriture, de créativité, de développement personnel, d’éthique, … ça sera toujours cohérent… parce que j’en parlerai toujours de ma place, à ma façon.

Plus aucune limite, ça veut aussi dire pour moi, réinvestir le blog, donner de la consistance au Café des Rêves, dans mon espace. J’adore les réseaux sociaux et je vais continuer d’y être présente. Mais ce n’est pas chez moi. Chez moi, c’est ici, sur le blog, dans ce Café virtuel que j’ai le plaisir de t’ouvrir.

A partir d’aujourd’hui, et pour au moins 15 jours, je me lance le défi d’écrire chaque jour un billet de blog. Je me lance le défi de réhabiter mon Café. Je me lance le défi de te parler de ce qui me fait vibrer, ce qui m’enthousiasme, ce qui me chagrine.

Avec sincérité, passion, authenticité. 
Bref, en étant moi !

Je serai heureuse que tu me rejoignes dans ce défi, ici… mais je t’avoue que je serai vraiment ravie d’apprendre que ce défi à moi-même pourrait faire des émules…

Si tu devais t’en lancer un, de défi, ce serait quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *